Bienvenue

  

Éducations critiques et épistémologies des Suds :

Paulo Freire et les pédagogies alternatives,

libertaires, transformatrices…

Colloque international

Cinquantenaire de l’Université Paris 8

Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis, 16-17-18 mai 2018

Résumé

La date de soumission des propositions de communication est repoussée

au 15 décembre 2017.

Le laboratoire EXPERICE de l’université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis propose un colloque visant à interroger les conditions d’une alternative à la pensée unique et à l’uniformisation du monde par l’éducation. Il invite à un dialogue inter-trans-culturel et à un échange de pratiques à partir de contextes situés. L’objectif de ce colloque international est de travailler les enjeux épistémologiques de la recherche en éducation dès lors que l’épistémologie est pensée comme la première des injustices sociale, politique et culturelle dans la construction des savoirs, des expériences et des connaissances. Les épistémologies des « Nords » et des « Suds » ne sont pas uniquement travaillées à partir des aires géographiques. Les unes ont tendance à minorer leur influence sur la construction des savoirs exerçant divers pouvoirs , les autres expérimentent la vision politique de la relégation à travers des territoires marginalisés, des populations évincées, des personnes empêchées, des dominations raciales, sociales, sexuelles et de santé.

Les travaux sur les processus de subjectivations critiques montrent qu’une expérience de la normation favorise l’effacement des personnes. Quels seraient alors aujourd’hui les intérêts et les limites des pédagogies alternatives telles celles de la libération et de la conscientisation de Paulo Freire porteuses de valeurs humanistes, éthiques et universelles pour lutter contre des phénomènes d’invisibilisations, de dominations et de discriminations plurielles ?

Inscrit, dans le cadre de la Chaire UNESCO EducationS&Santé qui vise au développement de dispositifs d’éducations pour les enfants et les jeunes et de formation en réponse aux problèmes de santé publique de 14 pays partenaires (africains, moyen-orientaux et sud européens), le colloque accueille des chercheur.es de disciplines plurielles et des praticien.nes de l’éducation populaire et des enseignants de diverses nationalités. Il invite les jeunes chercheur.e.s à proposer une communication.

Quatre lieux éducatifs institutionnels seront interrogés :

1- L’école dans sa dimension sociale

2- Les institutions culturelles/artistiques

3- L’université comme utopie pédagogique

4- Le champ associatif politique - L’éducation populaire

Construit autour d’un décloisonnement nécessaire entre praticien-ne-s et chercheur-e-s le colloque vise à envisager l’agir comme un mouvement réflexif dans une dynamique du sujet qui ne cesse de se métamorphoser, tel que Paulo Freire (1996 : 46) l’expérimente au quotidien : « Tandis que j’enseigne, je continue à chercher, à rechercher. J’enseigne parce que je cherche, parce que j’ai questionné, parce que je questionne et m’interroge. Je cherche pour constater, constatant j’interviens, intervenant j’éduque et je m’éduque. ». Une pensée complexe (Morin, 1990) est nécessaire pour saisir les expériences des connaissances de la recherche en éducation en dehors de l’épistémè de la rationalité afin de « penser de façon alternative les alternatives existantes » (Santos de Sousa, 2011 : 21) et prendra appui sur quatre axes :

A. Le genre dans une approche intersectionnelle

B. Les pratiques corporelles, corps, santé

C. Les apprentissages en transculturalités

D. L’expérience singulière du sujet par les différentes écritures de soi, la narration

Chacun de ces axes vise à la multidisciplinarité et respectera les spécificités des disciplines convoquées. L’accès au colloque est libre de droits (inscription obligatoire néanmoins) afin de faciliter au maximum la venue de tou.te.s. et de proposer sur les trois journées un dispositif (participatif) d’intelligence collective qui rassemblera des chercheurs confirmés, des étudiants, des professionnels de l’éducation, des militants, des artistes, etc.

Une demi-journée sera consacrée au XIIeséminaire international freirien-zapatiste. L’échange se focalisera autour des productions réalisées par les étudiants de trois aires géographiques et disciplinaires distinctes : Mexico DC (Mexique), UNAM, Colegio de Pedagogia de la Facultad de FyL, Valence (Espagne), Instituto Jordi avec des étudiant-e-s en animation socio-culturelle, approche du théâtre-image (technique de l’opprimé initié par Augusto Boal), Paris 8, EXPERICE, avec des étudiants de sciences de l’éducation qui travailleront particulièrement la thématique de la femme en tant que sexe social. Les productions seront avant tout visuelles afin de faciliter une compréhension transculturelle.

Une journée de pré-colloque, le mardi 15 mai, accueillera des lycéens de différentes villes pour une restitution du projet « 100 écoles, 100 témoins » (http://www.parolesdhommesetdefemmes.fr/-education-100-temoins-100-ecoles-la-memoire-source-d-action-educative-).

Personnes connectées : 2